Scénarios


Liens rapides

Animations des villages : venez découvrir les animations en cours dans le jeu

Lieux de Daearen : venez découvrir les lieux de Daearen où jouer.

Sujets communs : venez voir la liste des sujets communs en cours.

Recherche de joueurs : tu cherches un joueur pour rp ? Tu as posté un sujet libre ? Alors, viens dans ce sujet pour trouver ton bonheur.

Boutique : n'oubliez pas que vous pouvez utiliser vos points membres dans la boutique de jeu.

Points membres : pensez à venir vous faire créditer.



 

Partagez | 
 

 Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Noomi Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 26/01/2018
Ϟ Messages : 127
Ϟ Points : 272
Ϟ Avatar : Lana Del Rey
Ϟ Crédits : Neige <3. Tumblr. Sian
Ϟ Âge du perso : 37 ans.
Ϟ Pouvoir : Psychique, Intuition.
Ϟ Guide : Eaunanisme aka Nani, une salamandre.
Ϟ Statut Social : Célibataire alambiqué.
Ϟ Métier(s)/autres : Ancienne fille de joie. A présent proriétaire & gérante du 'pêché mignon' Boutique Couture en lingerie fine.
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle, dans un appartement.



MessageSujet: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Lun 5 Fév 2018 - 22:12






Noorlston


Type du sujet : [x] Flash-Back [] Présent
Date du rp : Le vendredi 1er septembre 2017.
Matin, après-midi, soir : Début de soirée.
Météo (approximative) : L'air est frais et humide.
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [] oui [x] non
Commentaire : Let's go Honey !





Le jour se lève...
… Et je sens ses mains sur mon corps, redessinant mes courbes dans un geste qui n'a rien d’innocent. Mon sourire se meurt entre gémissement et lamentation de 'j'en veux plus encore'. Il connaît mes failles, je devine les siennes. Mon bassin oscille lascivement, tentateur insatiable. Je l'appelle. Mes paumes moites contre ses cuisses l'accrochent, le retiennent. J'aime ce sentiment d'appartenance. De n'être qu'à Lui. Arrêter le temps... Ses doigts attrapent une lourde masse de mes cheveux en bordel, qu'il tire brusquement en arrière. Je m'entends rire jusqu'à basculer sur le dos dans une roulade fiévreuse...

Et c'est la chute.
J'ai la joue écrasée contre le sol. Le corps en vrac et empêtré dans mon drap de satin. L'esprit encore dans un songe éphémère mais ô combien agréable. J'ai toujours la peau piquée de chair de poule, cette même dès qu'il me touche. Tu me manques J'aurai souhaité un réveil moins violent pour le coup. Les derniers volutes de mon rêve bouillant s'envolent dès lors que mes paupières s'ouvrent avec peine. Et la réalité me gifle aussitôt. Je suis bien seule dans ma fichue chambre, à fantasmer sur Lui. Encore. « Sharlee... Tu fais chier ! Tss... »


##

Quinze jours... ou peut-être plus (j'avoue que je perds parfois la notion du temps) que je n'ai pas de nouvelle de Sharlston. A qui la faute ? J'entends ma conscience qui me sermonne encore d'être partie comme une voleuse... J'essaie de me trouver des tonnes d'excuses... De faire taire cette culpabilité qui me ronge chaque jours qui passent mais je n'arrive pas à me pardonner. Le fera-t-il lorsqu'il sera là ? Mon intuition se brouille dès que j'essaie de me concentrer. Je crois que je ne suis pas en état, tout simplement. L'inquiétude grignote mes émotions et c'est la merde.

Ma boutique est ouverte depuis ce matin. Un besoin de ne pas penser. J'aurais pu choisir de la fermer exceptionnellement pour mieux préparer son arrivée, mais je suis incapable de rester en place. La brèche est pour ce soir. Hayden doit déjà tout planifier pour leur passage. Cette idée me terrifie comme elle me soulage. Je le verrais bientôt. C'est une question d'heures. J'ai le regard vissé à la pendule de mon atelier. Une horreur de voir que les minutes s'écoulent trop lentement. Lorsque je sens une vive douleur à mon index, j'en sursaute. «Et merde ! » L'aiguille est plantée dans ma pulpe. Voilà ce qui arrive à être dans la lune. Une petite perle de sang se forme dès que je la retire et je porte aussitôt mon doigt à ma bouche. Quelle conne ! Mes perles charbon glissent sur la fine dentelle que j'étais en train de coudre. Pas de tâche sur cette lavande. Encore une chance ! Je ne dois pas gaspiller de la marchandise. Il faut que je me reprenne, et vite.

Il est plus prudent que je ferme le 'pêché mignon' plus tôt que prévu. L'évidence est là, je ne suis absolument pas productive ! Je fais tout de travers. Rien ne va. J'ai ce feeling qui m'assure qu'il est plus sage de rentrer à l'appart. De toute manière, je n'ai pas la tête à travailler. Sur le chemin, je prend de quoi faire à dîner. Je n'ai rien d'une bonne cuisinière ou d'une femme d'intérieur parfaite, mais je maîtrise deux trois plats que Sharlee adore. Je lui dois bien ça... Je balance joliment mes hanches, armée d'un petit short en jeans. Mes lourdes boucles brunes balayent le creux de mes reins au rythme d'une démarche légère et gracile. Je salue rapidement une connaissance d'un mouvement de menton. Un type qui vit au dernier étage de mon immeuble. On se parle peu mais il ne manque pas une occasion pour me reluquer le cul. Comment lui en vouloir ? J'ai de précieux atouts que les hommes admirent... désirent. En d'autre temps, il serait déjà dans mon lit. D'autant plus qu'il n'est pas dégueulasse à regarder. Mais cette vie sale est derrière moi. Je la gagne autrement qu'en ouvrant les cuisses. Et c'est bien mieux ainsi. Il me retient la porte en me voyant les bras chargés. On s'échange un sourire. Des politesses. Rien de plus. De toute manière, je suis trop pressée pour engager la conversation. J'ai un appartement à finir de préparer et un dîner.

Les heures filent et me pressent. C'est à rire, moi qui me plaignait que le temps se foutait de ma gueule à ralentir, enfin cette impression que les minutes duraient une éternité. Cette fois, je m'agite. Je ne prend pas le temps de me changer. Je peaufine les derniers détails dans l'appartement de Sharlston. Juste face au mien. Il est hors de question qu'il vive à l'autre bout du village. Mais ne nous sommes pas prêts à partager le même... Parce que j'ai besoin d'espace, comme il a besoin de son indépendance. C'est ainsi depuis des années. Pourquoi cela changerait à présent ? Je suis si heureuse et excitée ! Il sera là. Ici. Entre ses murs. Loin de tout mais si proche de moi. Et c'est tout ce qui m'importe. Je balance le dernier coussin sur son divan et je me recule tout en regardant l'ambiance masculine qu'il règne. Du cuir. Du bois. Du métal. C'est ce que je voulais et le résultat est assez satisfaisant.

Tuer les dernières minutes... Les plus dures.

De retour chez moi, c'est l'effervescence.
Mes chicken burritos sont prêts. Mon appartement est rangé -pour une fois. Et j'ai eu le temps finalement de me refaire une retouche beauté. J'ai le nez collé à la fenêtre, à fixer la rue, à retenir mon souffle au moindre mouvement. Je sens qu'il est tout proche. Je le sais. Dès qu'une silhouette lui ressemble, j'ai le cœur qui fait des bonds. Mais la déception fait baisser ma tension... Ça ne sert à rien de faire le guet. Je suis aussi bien excitée que nerveuse. Tu devrais te voir. On dirait un lion en cage. Nani sort de son mutisme. La chipie grimpe sur la main que je lui tend, puis longe mon bras pour aller se nicher sur mon épaule. « Je suis juste... nerveuse. » Que je répond en quittant mon balcon tout en ramenant mes bras pliés contre mon abdomen. Il ne viendra pas Elle insiste. J'en soupire. Nani n'aime pas Sharlee. Je ne saurais dire pourquoi, elle ne l'a pas encore rencontré (hormis en photo). 'Trop brute' 'Trop barbu' 'Trop pas pour toi' J'ai espoir qu'un jour elle change d'avis et l'apprécie. En attendant, sa jalousie aveugle me fait sourire. « Si c'est pour cracher ton venin, je te fous dans ta sphère. Je ne le ferais pas. Je sais à quel point elle déteste ça. Susceptible, elle se cache derrière ma nuque dans une chatouille qui me fait plisser le nez.

Et vient la délivrance d'une journée sans fin.

Des coups retentissent contre la porte. Je crois que je n'étais pas prête. J'ai un sursaut violent qui manque de faire tomber Nani de sa cachette. ...Calme toi ! qu'elle siffle à mon oreille, mais je ne l'écoute pas. J'ai déjà le cœur qui bat la chamade et les mains moites. Plus de doute. C'est lui. Je remet un peu d'ordre dans mes cheveux. Lisse mon top croc au niveau de la poitrine et tente d'afficher un air parfaitement stoïque. ...C'est pathétique... La boudeuse se cache dans l'une de mes mèches, sur le moment je m'en contrefous. J'inspire profondément et, la mains sur la clenche, j'ouvre ma porte d'un mouvement trop frénétique à mon goût. Mes perles charbon se braquent directement sur ce visage qui me surplombe. Il est là. Et le sol s’ouvre sous mes pieds. Je m'arrête de vivre l'espace d'une seconde sans cesser de le fixer. Quinze longs jours que je ne l'avais pas vu... Les cils se mouillent. Il est vivant... L'excitation reprend le dessus sur toutes mes émotions qui se combattent. J'y cède. Je pousse un petit cri et me jette à son cou d'un bond. Mes jambes s'enroulent à sa taille et l'emprisonnent. Mes bras derrière sa nuque. Je le sers contre moi. Ne plus le lâcher... « … Comme tu m'as manqué. »Les mots sont soufflés et sincères. Je recule doucement ma tête pour mettre ma bouille face à la sienne. Le sourire de chieuse aux lèvres que j'en incline la tête sur le côté. « Et moi, je t'ai manqué ? » J'ai cet air espiègle qu'il connaît si bien.


Dernière édition par Noomi Blackwood le Lun 30 Avr 2018 - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1369p10-_noomi-blackwood_-fle

Sharlston Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 27/08/2017
Ϟ Messages : 216
Ϟ Points : 44
Ϟ Avatar : Ricki Hall
Ϟ Crédits : Wingardum
Ϟ Autre(s) compte(s) : Elyzabeth & Hilary
Ϟ Âge du perso : 30 ans
Ϟ Pouvoir : Esprit | Illusion
Ϟ Guide : Lion | Xerxès
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Mercenaire
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Lun 5 Mar 2018 - 23:44


Qu'est-ce que j'fous là… Qu'est-ce que j'fous là franchement ? Dès que j'ai traversé c'te foutue brèche, cette question s'est installée en mode repeat dans mon crâne. Y aurait pas eu Noomi, je crois que je n'aurais jamais mis le petit doigt dans ce Leatherland. C'est même sûr en fait. Ma vie me convient parfaitement. Enfin. Me convenait. Être l'un des rares sorciers parmi tous ces moldus ignorants. Et bêtes. Qu'on s'le dise. A jouir de mon activité librement, sans l'ombre d'une inquiétude de la police, si facile à berner. J'imagine que tout va changer maintenant. Je ne serai plus le seul. J'aurai sans doute plus cette liberté si forte que j'aime tant. Non, je n'aurais pas risqué de perdre tout ca. Je n'aurais pas accepté de changement quelconque. Et pourtant. Elle a sauté le pas sans m'en laisser le choix. Alors peu importe à quel point je vais à reculons dans cette aventure, j'y vais la rejoindre.

Ca fait quelques minutes maintenant que j'attends comme un glandu devant l'immeuble, mes deux sacs plein de fric en main. Hayden m'a accompagné jusqu'ici. Mon nouveau chez moi. Me laissant faire mes retrouvailles avec la belle. Je l'ai regardé s'éloigner, captant son regard discret pas si discret en arrière, sans oser entrer dans le hall. J'me sens con. Il a dû me trouver con, en s'en allant en me voyant toujours planté là devant la porte. Je lève la tête. Troisième et dernier étage, qu'il m'a dit. Porte à droite ou à gauche, ca n'a pas d'importance, les deux appartements sont à nous. J'crois que j'ai jamais autant hésité de ma vie. Autant eu d'appréhension. Je vais plus rapidement à tuer un mec. Mais j'arrive tellement pas à me faire à l'idée de ce changement si inattendu.

J'expire un coup et pénètre dans le bâtiment. Ca ira mieux quand je la verrai en bonne santé, heureuse de ce nouveau départ. Jusqu'à entrer dans ce monde, jusqu'à la dernière seconde de ma vie d'irlandais britannique, un doute subsistait sur Hayden, sur ce qu'il me racontait. Ca me paraissait si absurde, malgré les rumeurs qui circulaient. Je monte l'escalier avec un soudain empressement. L'envie de la serrer dans mes bras, de sentir son odeur, toucher ses courbes, ses lèvres. Arrivé sur le palier, je toque à gauche. Deux secondes, pas de réponse, je fais demi-tour à droite. Nouvel essaie. L'attente me parait si longue que je jette un œil bref à la porte derrière moi. Mais la poignet s'enclenche et elle est face à moi. Enfin. Après quinze jours de recherches, de peur, de torture. Noomi se tient juste là debout. Comme si de rien n'était. Ce serait mentir de dire que j'ai pas les yeux qui brillent. Légèrement. Juste un peu. C'est tellement rare. Quasi une première. Dès que j'entends son petit cri de bonheur, je balance les sacs à l'intérieur et la serre contre moi lorsqu'elle me saute dessus. Un bras autour de sa taille, une main dans ses cheveux. « … Comme tu m'as manqué. » me souffle-t-elle à l'oreille. Elle recule sa tête, son nez frôlant le miens, avec cet air agaçant et craquant. « Et moi, je t'ai manqué ? »

La tristesse, le manque, la peur, l'inquiétude, tout ca est comblée à présent. Passé. Mais ces sentiments qu'elle a fait naître en moi, si forts, je souhaite ne jamais les retrouver. Trop douloureux. Destructeurs. Je sens mon regard se faire noir, de moins en moins chaleureux. Malgré moi. Silencieux, je passe une main sous son joli fessier et ferme la porte de l'autre. Puis avance jusqu'à une table pour y poser la belle. Sans m'éloigner. Et je m'agrippe au bord de la table, coupant le contact visuel. Ca aurait été n'importe qui d'autre, je pense que je l'aurais simplement balancé dans la pièce en enfonçant mon poing dans le mur le plus proche. Et quelque part, je me félicite de ce self-control. " Te rends-tu seulement compte de ce que tu as fait ? " Je l'observe. La juge. M'éloigne. Par peur qu'un coup parte. " T'as disparu. Pas un message. Quinze foutus jours. " Je tourne en rond. Hurle. Lui jette un regard pour être sûr qu'elle comprenne. Qu'elle ait une infime sensation de ce qu'elle m'a fait vivre. " Non tu m'as pas manqué non. J'ai pas eu une foutue seconde pour ca. J'ai passé mon temps à te chercher. A essayer de me rassurer, de me convaincre que ton cadavre était pas au fond d'un foutu lac pourri ! " J'ai envie de chialer, à l'imaginer ainsi. Et de la prendre dans mes bras. Mais la rage supplante tout. " Putain Noomi ! " Mon poing frappe sur la table. J'envoie le premier truc qui me passe sous la main se briser au sol. J'lui en veux tellement de m'avoir mis hors de moi. De m'avoir mis sous les yeux cette dépendance maladive à elle. J'suis sûre qu'elle se rend pas compte que j'ai traversé le pays pour elle, que des mecs sont morts simplement pour ne pas avoir répondu ce que je voulais entendre.

Je lui adresse un regard discret. Malgré tout, ca fait tellement de bien de la voir saine et sauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1264-sharlston-don-t-judge-me http://leatherland.forumactif.org/t1294-carnet-de-sharlston-blackwood#12712

Noomi Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 26/01/2018
Ϟ Messages : 127
Ϟ Points : 272
Ϟ Avatar : Lana Del Rey
Ϟ Crédits : Neige <3. Tumblr. Sian
Ϟ Âge du perso : 37 ans.
Ϟ Pouvoir : Psychique, Intuition.
Ϟ Guide : Eaunanisme aka Nani, une salamandre.
Ϟ Statut Social : Célibataire alambiqué.
Ϟ Métier(s)/autres : Ancienne fille de joie. A présent proriétaire & gérante du 'pêché mignon' Boutique Couture en lingerie fine.
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle, dans un appartement.



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Mar 6 Mar 2018 - 22:31


Tout contre lui, je pourrais y passer ma vie. C'est une certitude.
Mes doigts sont crispés contre sa nuque alors que je soutiens son regard, liant mon âme à la sienne dans un silence quasi religieux. Je me noie dans ses iris, les redécouvrant après toute cette absence. Comment ai-je pu survivre sans lui  ? Peu importe. Il est là. De retour. En un seul morceau. Je remerciais Hayden plus tard. Mais pas ce soir. Ce soir, c'est juste lui et moi. Mon cœur s'affole de joie sous ma poitrine à cette réflexion. Tout mon corps s'électrise et se ranime sous ses mains. Son odeur... L'odeur de sa peau... de ses draps... Je m'en mord le coin de la lèvre en essayant de refouler ses pensées -ou mon rêve.
Et mon sourire reste affectueux.

Il marche dans l'appartement sans me lâcher. J'en glousse doucement tout en me laissant porter, accrochée à lui comme un koala à sa branche. Je me sens pousser des ailes. Pourtant son regard s’assombrit d'un voile noir. Je me refuse de le voir, de le comprendre. Je veux juste profiter de ce moment, de nos retrouvailles. Mais une petite voix me dit que je vais vite tomber de mon nuage. Il est toujours aussi silencieux lorsqu'il me pose sur cette table. Mes pieds ne touchent pas le sol. J'ai les bras qui retombent doucement sur mes cuisses dénudées. Et mon sourire se fane peu à peu en le voyant s'éloigner. Je cherche son regard qui ne vient pas. Nani profite de ce moment pour fuir de sa cachette, glisser le long de mon bras pour partir ailleurs. Elle aurait bien pu me mordre que j'en aurai rien senti. La seule chose que j'éprouve à ce moment même n'a rien de bien rassurant.

" Te rends-tu seulement compte de ce que tu as fait ? "
Le reproche est décoché comme une balle en plein myocarde. Je reste interdite l'espace de quelques secondes, le fixant en clignant des yeux. Accusant le coup en gardant la tête haute. " T'as disparu. Pas un message. Quinze foutus jours. " Je l’observe, sage petite chose. Je subit, peut-être autant que lui… Peut-être même plus. Et j'écoute. Mon cœur se fissure lentement, et il devient vraiment difficile de faire tenir les morceaux ensemble. Je finis par baisser les yeux, rivés sur le bout de mes orteils. La culpabilité, sournoise, revient pour foutre le bordel dans ma tête. Je ne trouve pas encore la force pour rétorquer quoique ce soit... Parce qu'il a raison. Tout simplement raison. Je me mord la lèvre, trop fort, marquant ma chair de frustration et de peine. Mes doigts sont crispés sur le bord de table et je racle ma gorge douloureuse... mais aucun son ne sort. J'arrive avec peine à remonter mon regard noisette sur sa haute silhouette. Je le vois qui s'agite... je l'entend hurler... Comment lui en vouloir ? Il a souffert. Et j'en suis fautive. " Non tu m'as pas manqué non. J'ai pas eu une foutue seconde pour ça. J'ai passé mon temps à te chercher. A essayer de me rassurer, de me convaincre que ton cadavre était pas au fond d'un foutu lac pourri ! " Mon cœur n'est plus qu'un tas de cendre à ses mots. La réalité me percute violemment, comme une claque en pleine figure. Comment ai-je pu lui faire subir tout ça ? Comment j'ai pu croire qu'il n'allait pas en souffrir ? Je me rend compte à quel point j'ai pu être stupide. Les larmes montent, comme la marais. Je bataille intérieurement pour garder le cap. Tête haute et cœur de pierre. Cœur en miette oui...

Je me sens si désolée...

'Putain Noomi !' Il frappe sur la table, j'en sursaute de surprise. J'entends un bris de verre sur le sol... sans nul doute mon verre de vin qu'il vient de fracasser. Je ne bronche pas. J'ai trop de peine pour cela. Je reste immobile pendant qu'il déverse sa colère dans ma direction... qu'il se décharge de ce surplus d'émotions. Je comprend alors sa peur... la peur de me perdre tout simplement. Je respire mal. L'oxygène peine à se frayer un chemin jusqu'à mes poumons. Je lutte pour ne pas pleurer. Rester digne, quoiqu'il arrive. Pourtant quelque chose se fêle en moi. Et ce chagrin qui me noie ne m'aide pas à avoir les idées claires.

Je ne cesse de le regarder. Là, assise comme une poupée qu'on a abandonné. J'aurai pu rester comme cela un moment, jusqu'à temps qu'il craque, qu'il parte. Mais je m'y refuse. Je range cette fichue fierté et je commence à m'animer. Mes fesses glissent sur le bois et mes pieds touchent enfin le sol. Je fais attention à ne pas marcher dans les débris et le reste de vin qui souillent le parquet. Et je m'avance vers lui, hisser sur la pointe des pieds. La séparation m'est tout aussi douloureuse qu'elle l'est pour lui également. Je ne veux pas que nos retrouvailles soient synonyme de banquise. Il mérite mieux que cela. Alors je me plante devant lui de ma taille de naine tout en redressant le bout de mon nez dans sa direction. Je ne sais pas par où commencer... Je reste silencieuse à le fixer avant que mon cerveau se ranime sous un élan de courage. «...Je suis tellement désolée Sharlee. » Ça y est, les larmes font leur grand retour, formant un barrage mouillé au raz de mes cils. Je le contemple, et ce n’est pas la colère qui se lit dans mes yeux, mais de la tristesse. «Je ne voulais pas t'inquiéter... Tout s'est passé tellement vite. » Que je souffle d'un murmure à peine audible. Si fragile. « J'aurais aimé te prévenir avant... Mais... mais j'en ai fais qu'à ma tête... Sans te laisser vraiment de choix... » J'admets mon erreur... et je le paye ce soir. Mon cœur se comprime douloureusement, je crois que j'ai la nausée.

Je réalise alors que je peux le perdre. Cette pensée me fait mal.
Une vie sans lui ? Autant arracher mon âme...

« Je ne veux pas te perdre... » Ma voix tremble un peu. «Je ne veux pas te perdre... » Un écho fragile. Mes lèvres tressautent. Et il devient difficile de soutenir son regard. Alors je baisse à nouveau la tête fournissant un dernier effort pour ne pas fondre en larmes et mon front vient percuter en douceur son plexus. Mes bras restent ballant le long de mes flancs. Je veux l'étreindre... Je veux lui dire à quel point il m'a manqué... Je veux poser mes lèvres contres les siennes et lui faire tout oublier... Je veux prendre sa peine, la foutre en boule et la jeter aux ordures. Je me rend compte à quel point il a souffert de mes silences. Et j'ai la sensation d'avoir tout fait foiré ... qu'il m'en veuille terriblement au point qu'il ne daigne plus vouloir me toucher, me regarder. Le supporterais-je ? Je ne crois pas...
Une larme s'écrase sur ma joue.

Il est ma faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1369p10-_noomi-blackwood_-fle

Sharlston Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 27/08/2017
Ϟ Messages : 216
Ϟ Points : 44
Ϟ Avatar : Ricki Hall
Ϟ Crédits : Wingardum
Ϟ Autre(s) compte(s) : Elyzabeth & Hilary
Ϟ Âge du perso : 30 ans
Ϟ Pouvoir : Esprit | Illusion
Ϟ Guide : Lion | Xerxès
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Mercenaire
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Mer 7 Mar 2018 - 22:47


Cramponné à la table, je fixe mes mains éclaboussées de vin. J'essaie de me calmer. Je ferme les yeux. J'en avais gros. Il fallait que ca sorte. Qu'elle comprenne la merde qu'elle m'a fait vivre. Et de surtout ne jamais recommencer. Les rôles sont pourtant inversés habituellement. Elle est sensée être ma raison, représenter la sagesse que je n'ai pas. C'est plutôt elle qui m'engueule, m'assomme mon inconscience. A croire que j'ai une mauvaise influence. A force des années, c'était à prévoir. Je l'observe assise là, immobile sur la table où je l'ai laissé, posé telle une poupée. Même de dos, ma belle est si belle. Elle glisse alors de son estrade, pieds au sol, et se mouve vers moi, prenant soin d'éviter le verre éclaté. Je ne peux détacher mes yeux d'elle. Hypnotisé. Je me redresse, me tourne face à son visage poupon. Je vois dans ses yeux que je l'ai blessée, que je lui ai fait mal. Mon cœur se serre. Mais ce n'est qu'un juste retour des choses et je ne reviendrai pas sur mes mots.

Quelques secondes, on se fixe en silence, et je vois qu'elle demande le pardon. Puis l'écoute s'excuser. Sa voix est basse, brisée, les larmes lui monte. La voir dans cet état m'est difficile. La voir faible, elle qui est pourtant si forte. Qui ne montre jamais cet aspect de sa personne. Je me retient de la consoler. Après tout, ces quelques minutes ne sont rien face aux quinze jours insupportable que je viens de passer. Ce n'est qu'un juste retour des choses. La rancune parle, me rend sûrement plus mauvais avec elle que je ne le devrais. Puis je ne comprends pas comment elle en est arrivée à cette conclusion. Si inimaginable. « Je ne veux pas te perdre... » qu'elle me répète. Elle se cache, appuie son front contre mon torse. La ligne est là. Je viens de la dépasser. En plus de 15 ans, jamais cette pensée ne nous a traversé l'esprit. Jamais une de nos engueulades ne nous a emporté à cette conclusion. J'en reste abasourdi. Incapable de quoi que ce soit. Je la hais pour ce choix qu'elle a pris, mais je me hais bien plus pour ce que je lui fais vivre là.

Mes mains se posent sur ses joues, relevant son visage vers le miens. Mon pouce essuie tendrement sa larme. Toute ma colère, ma rage, ma rancune s'est envolée en entendant ses mots. Et je l'embrasse. Si fort. En manque de ma dose journalière. Du goût de ses lèvres. Une main glisse dans ses cheveux, les caresse, les tire doucement en arrière, détachant ses lèvres des miennes de quelques millimètres à peine. Mon regard se fait dure, mon ton ne laisse pas place au doute. " Ne t'avise plus jamais de penser ca. Jamais tu me perdras. Et plus jamais tu me laisseras. " Je crois être encore sous le choque de ce que je viens d'entendre. Je secoue légèrement la tête, désapprobateur. Je rapproche son corps contre le miens, la serre fort. Mes mains se posent sous ses fesses que je porte à ma taille, tandis qu'elle s'enlace. On recommence à zéro. Comme si le verre de vin ne s'était pas cassé. " Peux-tu m'expliquer ce qu'on fout au moyen-âge, ma belle ? " je lui demande, un bisou dans le cou. Je pose ma tête sur son épaule, la fatigue faisant une entrée surprise. Cette longue journée. Ces émotions. Je ne m'étais pas imaginé ca, quand je lorgnais sur Hayden dans ce café à Dublin, mon jus d'orange à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1264-sharlston-don-t-judge-me http://leatherland.forumactif.org/t1294-carnet-de-sharlston-blackwood#12712

Noomi Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 26/01/2018
Ϟ Messages : 127
Ϟ Points : 272
Ϟ Avatar : Lana Del Rey
Ϟ Crédits : Neige <3. Tumblr. Sian
Ϟ Âge du perso : 37 ans.
Ϟ Pouvoir : Psychique, Intuition.
Ϟ Guide : Eaunanisme aka Nani, une salamandre.
Ϟ Statut Social : Célibataire alambiqué.
Ϟ Métier(s)/autres : Ancienne fille de joie. A présent proriétaire & gérante du 'pêché mignon' Boutique Couture en lingerie fine.
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle, dans un appartement.



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Ven 9 Mar 2018 - 23:05


La limite est franchie.
Si fragile et instable... Avec une conclusion que je me refuse encore d'admettre : Il est ma faiblesse.

Je suis tout aussi perdue que surprise à vrai dire. Ces émotions, je sais les contenir voir les dompter, et ça, depuis que je suis gamine. Pourquoi ce soir, quelque chose a changé ? Pourquoi me suis-je livrée aussi... bêtement ? C'est bien la première fois que je me met à nue devant lui de cette manière. La peur de le perdre … Je crois qu'elle me hante dès notre premier regard, là-bas, dans cette chambre enveloppée de soie. C'est si simple de l'ignorer et de continuer à vivre en se mentant à soi-même. Je me déteste...

Mon esprit se balade dans ses réflexions, me laissant absente quelques secondes. Mais ses mains sur mes joues me font légèrement sursauter et me ramène à lui . Je m'attendais à tout, à pire.. mais pas à cet élan de tendresse. Après tout, il doit toujours être en colère contre moi. Alors je ne résiste pas, je le laisse redresser mon visage et accroche mon regard mouillé au sien. Ses yeux... ils ne me regardent plus avec haine. Je sens que mon cœur se soulage d'un poids énorme, appréciant sa caresse sur ma pommette. Et contre toute attente, il écrase sa bouche contre la mienne. Un baiser salvateur que j'en ferme aussitôt les paupières. J'y répond avec la même ferveur comme s’il s’agit d’un rêve prêt à prendre fin à tout moment. J'aime lui rappeler la magie de notre duo. Sa main dans mes cheveux me procure un doux frisson. Il m'a manqué... tellement manqué que j'en échappe un râle de satisfaction avant qu'il ne brise le lien, ramenant mon crâne en arrière, ne me laissant pas le choix de quitter ses lèvres. J'ouvre doucement les yeux mais j'évite de le regarder. Trop honteuse de ce que j'ai fais. Je voudrais le supplier de me pardonner, parce que je me sens coupable. Je n'ai qu’à le regarder… Il n’a pas l’air en forme et je m'en veux. Je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser pour tout ce que je lui ai fait subir pendant mon absence… Et pourtant, le son de sa voix a l’effet d’une berceuse sur mon âme. Je l’entend, l’écoute, et sent le pansement se poser délicatement là où ça me fait mal. C’est doux, c’est chaud et pour la première fois depuis longtemps – quinze jours est une éternité- je me sens de nouveau vivante. Alors j'ose… j'ose relever les yeux, et croise à nouveau ce regard de fauve que j'adore tant. Mes lèvres se fendent d’ailleurs, prêtes à répondre. Mais le son peine à sortir. Le nœud est malgré tout toujours présent, autour de ma gorge et étrangle par la même occasion mes cordes vocales. La culpabilité est encore bien ancrée en moi... comme un poison.
Plus jamais je te laisserais...

Il me rapproche à lui. Je presse mon petit corps contre le sien de tout mon poids plume. M'y agrippe à son t-shirt. Lorsque je sens ses mains se posées sur moi. Sous mes fesses afin de me soulever sans peine. J'entrelace mes cuisses à sa taille, glisse mes bras à son cou et mes mains à sa nuque pour m'assurer de le garder là, tout contre moi. Je caresse sa joue du bout de mon nez. Le contact est vital.

On recommence à zéro.

J'essaie. J'essaie d'effacer les quelques débris de culpabilité qui m'habite encore en me calant à son comportement. Visiblement, il est passé à autre chose. Il a cette manière si facile de balayer les choses d'un revers de main que s'est déconcertant. " Peux-tu m'expliquer ce qu'on fout au moyen-âge, ma belle ? " Mes sourcils se haussent tout en affichant une moue adorable au regard de biche. « Une nouvelle vie ! » Ma peau frissonne encore de ce baiser planté dans mon cou. Il a ce don pour apaiser mes tourments. Je reste accrochée à lui. Il a l'air si fatigué. Je caresse d'une main ses cheveux dans un mouvement de tendresse. Et mes lèvres embrassent chastement sa tempe avant de coller ma joue contre lui. « Je sais... C'est soudain et euh... très différent de ce que nous connaissons mais je pense que c'est bénéfique pour nous.... » Je ne sais pas si c'est pour le convaincre ou me convaincre moi-même … Je ne sais pas si j'ai fais le bon choix en nous amenant ici. Non... non c'est faux. Je sais que j'ai fais le bon choix. Mon intuition ne se plante jamais. Puis il est trop tard pour reculer. Je veux croire en quelque chose de beau ici, au Leatherland. Pour nous. Je ressers mon étreinte tout en humant son odeur, ma drogue. « T'as faim ? T'as soif ? On parlera de tout ça plus tard, ok ? Tu as l'air fatigué. » Que je balance d'une petite voix contre son cou puis je redresse le menton pour ramener ma bouille face à la sienne. Je l'observe tendrement tout en inclinant mon crâne sur le côté. Il n'y a plus de larmes aux bords de mes cils. C'est fini. Je pince mes lèvres avant de rajouter, une petite pointe d'excitation dans la voix. « Et ensuite je te montrerais ton appartement. » Que je conclue en froissant le bout du nez.

La soirée vient tout juste de commencer pour nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1369p10-_noomi-blackwood_-fle

Sharlston Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 27/08/2017
Ϟ Messages : 216
Ϟ Points : 44
Ϟ Avatar : Ricki Hall
Ϟ Crédits : Wingardum
Ϟ Autre(s) compte(s) : Elyzabeth & Hilary
Ϟ Âge du perso : 30 ans
Ϟ Pouvoir : Esprit | Illusion
Ϟ Guide : Lion | Xerxès
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Mercenaire
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Lun 16 Avr 2018 - 23:31


Son petit corps accroché au miens… Elle essaie de m'expliquer le pourquoi de sa décision unilatérale. Ce monde semble très différent oui. Ca me fait sourire. C'est le moindre qu'on puisse dire ! Je vois sa difficulté à trouver les mots, sens sa culpabilité. Pour moi, la colère est passée. La surprise n'est plus. Et la rancune, avec Noomi, futile. Disons simplement que j'ai un joker pour l'avenir. Je caresse ses lèvres du bout des doigts pour qu'elle se taise. " Ca a toujours été. Je te confie ma vie sans crainte, chérie. " Souvent je me fis à son instinct pour des choix importants. Et si elle estime que quelque chose nous attend ici, qu'on y vivra mieux, surtout elle, alors je m'accommoderai des désagréments.

" T'as faim ? T'as soif ? On parlera de tout ça plus tard, ok ? Tu as l'air fatigué. Et ensuite je te montrerai ton appartement. " On croirait une gamine impatiente. Je l'embrasse brièvement, lui glissant un " J'ai très faim. " tendancieux. Je soulève légèrement la belle, la posant là où il n'y a trace des morceaux de verre. J'attrape de quoi nettoyer ma casse laissant mon odorat me mettre en appétit. Je réalise que je n'ai rien avalé depuis ce léger brunch sur la terrasse irlandaise… Je profite de cet instant un peu éloigné de Noomi pour l'informer des.. Hum. Des activités de ma journée. Ca m'évitera peut être un coup de coude de sa part… " Au fait. Intéressant le gamin. Hayden ? Charmant. J'ai manqué de le tuer deux ou trois fois… Mais on a trouvé un point d'entente. " Pas besoin d'en dire plus en général. Elle devine toujours où je veux en venir. Surtout avec son fichu instinct. Je ne lui cache rien. On a pour habitude de se dire quand on a couché avec quelqu'un. Ca évite les mauvaises surprises. Ou que je tue un mec par inadvertance. En l'occurrence, je n'ai pas envie que la belle le découvre, allongée à mes cotés.

J'hésite à lui parler de l'intrusion de Hayden dans mon crâne. D'une des fois où j'ai vraiment manqué de l'exploser. A la dernière seconde je me rétracte. Je pense que cela peut rester entre lui et moi. Sûrement l'unique chose dont elle ne sera pas informée. J'espère que son intuition l'empêchera de fouiner. Qu'elle comprendra si jamais elle l'apprend un jour. Il n'aurait jamais dû voir cet instant de nos vies. Rien qu'à y repenser, mes poings se serrent. En particulier avec Noomi qui souhaite tourner la page, je ne pense pas que les gens d'ici connaissent son activité passée. Mais j'ai confiance qu'il ne dira rien. Au moins par peur que je le démonte, si ce n'est autre chose... Ca l'a mis dans un tel état. Je n'irai pas jusqu'à dire que je ressens de la peine à son égard, faut pas abuser. Mais une certaine compassion peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1264-sharlston-don-t-judge-me http://leatherland.forumactif.org/t1294-carnet-de-sharlston-blackwood#12712

Noomi Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 26/01/2018
Ϟ Messages : 127
Ϟ Points : 272
Ϟ Avatar : Lana Del Rey
Ϟ Crédits : Neige <3. Tumblr. Sian
Ϟ Âge du perso : 37 ans.
Ϟ Pouvoir : Psychique, Intuition.
Ϟ Guide : Eaunanisme aka Nani, une salamandre.
Ϟ Statut Social : Célibataire alambiqué.
Ϟ Métier(s)/autres : Ancienne fille de joie. A présent proriétaire & gérante du 'pêché mignon' Boutique Couture en lingerie fine.
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle, dans un appartement.



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Mer 18 Avr 2018 - 15:01


" J'ai très faim. "
« … Moi aussi. » Que je répond du tac au tac en alourdissent mon regard de chiasse plein de sous-entendu. Oui et bien quoi ?! Je n'éprouve aucune honte, certainement pas vis à vis de lui. Quinze longs jours... Je sais que j'aurais pu satisfaire cet appétit avec un autre homme mais l'occasion ne sait pas présentée, et je ne la cherchais pas non plus. J'espère juste le retrouver comme il se doit, l'accueillir entre mes cuisses et oublier toute cette culpabilité qui ne m'a pas encore lâché les talons mais au lieu de cela, il me dépose en douceur sur un coin de la table, loin des débris de verre. J'en lâche un petit soupire de mécontentement tout en croisant mes bras sous ma poitrine et pliant joliment une jambe par-dessus l'autre. Si en plus il me rajoute une couche de frustration... Ne voit-il pas ma moue boudeuse là ?? Non, au lieu de ça monsieur nettoie sa casse et c'est tout à son honneur ! Mais je le vois qui s'éloigne de moi. J'arque un fin sourcil sans le perdre de vue. Je sens qu'il glisse doucement sur une pente mais je n'arrive pas encore à le cerner. Mon Intuition s'active, tout comme mon regard se plisse, suspicieux.  'Au fait. Intéressant le gamin. Hayden ? Charmant. J'ai manqué de le tuer deux ou trois fois… Mais on a trouvé un point d'entente.' … Trouvé un point d'entente ?! C'est tout ce que je retiens. Mes rétines s'arrondissent sous la révélation. Mon sang se glace. Et ma jalousie... Oh elle gratte les parois de mon stoïcisme qui bat de l'aile. Putain Sharlee ! Pas besoin d'être clairvoyant là-dedans, je lis facilement entre les lignes... J'ai bien compris... Oh que oui j'ai compris. Ma colère se dresse et bouscule le reste. Ce qui lui sauve sûrement les fesses car je ne creuse pas d'avantage. Je suis piquée en plein myocarde et bordel que ça fait mal. Je fulmine... Je me bride, moi et cette vague impulsive qui tente de me contrôler. Putain de merde. Je grince des dents.

« C'est plus fort que toi, hein ! Tu peux pas t'en empêcher de sauter tout ce qui bouge ! » Je respire par le nez, histoire de me calmer... J'ai déjà déplié mes bras pour accrocher la table à deux mains. Mes jambes fouettent le vide. J'ai l’œil noir en le regardant. Mon cerveau patauge dans son flot de jurons « C'est bien. C'est cool... » Les mots me font saigner la langue. Acides. J'ai la rage mais faut que je me calme et ce n'est pas en restant assise comme une conne que je vais y parvenir. Alors je saute de cette table, les pieds nus sur le sol. Il avait faim, hein ? Parfait. Mais qu'il ne s'attende pas à du fessier en dessert ! Ma libido tire la tronche pour le coup. Je traverse la petite pièce et ne manque pas de passer à ses côtés pour le bousculer d'un coup d'épaule. Je ne m'excuse pas, il sait très bien que c'est volontaire.

J'suis dans la cuisine, pas difficile à me trouver elle est ouverte sur la pièce principale. Sur la pointe des pieds, j'ouvre un placard pour en sortir deux assiettes. « Finalement, je t'ai pas trop manqué ces dernières heures. » Et dire que je me suis inquiétée pour sa gueule alors que MONSIEUR découvrait Hayden en profondeur... Super. Génial. Merde. Je respire lourdement. Je suis partagée entre peine et colère. Je ne sais pas ce qui me fout autant la haine en réalité... Je ne veux pas m'y étaler pour ne pas plomber la soirée. Je sors deux verres. Bon... J'essaie de changer de sujet... « Le quartier est sympa. Les gens aussi. Bien qu'un peu étrange aux premiers abords, mais tu vas vite t'y habituer... » Je sers des poings en luttant pour ne pas lui renvoyer un regard noir. Je garde la tête baissée, plus prudent.Et je finis par souffler. « Faut croire que c'est déjà le cas. Tu trouves vite des paires de fesse. » Le reproche dans la voix. Rha c'est plus fort que moi. Je sais qu'il ne m'appartient pas. Je sais qu'il fait ce qu'il veut... mais je sais aussi que je bouillonne dès qu'il va voir ailleurs. Hayden quoi ! J'aurais dû filer ma lettre à une meuf. J'en souris rapidement, amer. Et je me penche pour sortir les Chicken Burritos que j'ai longuement préparé du four... Parce que Old del Paso ici n'existe pas ! Je n'ai pas encore posé mes yeux sur lui. Je risque de le taper si je le fais. Il faut que je me calme... Et vite.

_________________

Viens dans mes rails, c'est chaud... Tout pour être au ciel
Ma fierté:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1369p10-_noomi-blackwood_-fle

Sharlston Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 27/08/2017
Ϟ Messages : 216
Ϟ Points : 44
Ϟ Avatar : Ricki Hall
Ϟ Crédits : Wingardum
Ϟ Autre(s) compte(s) : Elyzabeth & Hilary
Ϟ Âge du perso : 30 ans
Ϟ Pouvoir : Esprit | Illusion
Ϟ Guide : Lion | Xerxès
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Mercenaire
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Mer 18 Avr 2018 - 21:29


La belle part au quart de tour. Il lui faut à peine quelques secondes pour comprendre le rapport que j'ai eu avec Hayden, comme attendu. Elle exprime son mécontentement de pleine voix. Je le vois pas, mais je sais qu'elle me porte un de ses regards accusateurs. Elle est jalouse et j'adore ca. Ses petites crises possessives m'avaient manqué tiens… Elle tente de feindre l'ignorance, descend de la table pour s'afférer à autre chose plutôt que de retourner cette nouvelle dans son esprit. Passant à coté de moi, elle prend soin de ne pas m'éviter, me donnant un coup d'épaule. Et je ris, un instant amusé, tandis que je la matte s'éloigner.

Sans un regard, elle balance doucement, 'Finalement, je t'ai pas trop manqué ces dernières heures.' Tiens prends ca dans la gueule mec ! 1-1. 'Chérie!' je m'exclame, l'air outré. Toujours aussi amusé. Je sais qu'elle dit ca sous le coup de sa colère possessive. Je l'observe s'activer, accoudé au meuble. Dans ces moments là, j'ai appris qu'il valait mieux que je la laisse s'exprimer, vider son sac, avant de tenter quoique ce soit. Ca vaut mieux pour ma tronche, même si ce ne sont pas ses poings qui me font peur. Plutôt la privation du dessert spécial qui me fait chier… Elle commence à parler du quartier, des gens, de banalités. Mais je vois bien ses petites mains qui se serrent. 'Faut croire que c'est déjà le cas. Tu trouves vite des paires de fesse.' Qu'elle me jette subtilement, sublimement, en sortant la nourriture du four. Malgré moi j'éclate de rire. Et merde… tu vas ramer là mec ! Mais je sais dompter la bête. Je la connais par cœur, la demoiselle.

Immédiatement je m'approche d'elle, avec mes allures de grand séducteur et mon assurance si célèbre. Je me glisse dans son dos, attrapant solidement ses poignets fragiles pour l'empêcher de me frapper. 'Tu m'en veux ?' je lui susurre mielleux à l'oreille, déposant un baiser dans son cou. Question absurde, évidemment. 'T'as raison chérie, je suis un sombre connard…' dis-je en descendant sur son épaule. Il n'y a qu'avec elle que je me rabaisse ainsi. Je mordille tendrement sa peau, la caresse du bout du nez… Puis la libère, m'accoudant juste à coté, dos au comptoir. 'On mange ?' dis-je doucement, tendant le bras vers une des assiettes. J'aime tellement jouer avec elle… Surtout quand je sais qu'elle va finir par craquer. Elle ne va pas me tirer la tronche bien longtemps. Hein ?! Quitte à être son punching ball cinq minutes... Je pose mes yeux sur elle un instant. Putain qu'elle m'avait manqué, elle, son cul et son caractère de chien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1264-sharlston-don-t-judge-me http://leatherland.forumactif.org/t1294-carnet-de-sharlston-blackwood#12712

Noomi Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 26/01/2018
Ϟ Messages : 127
Ϟ Points : 272
Ϟ Avatar : Lana Del Rey
Ϟ Crédits : Neige <3. Tumblr. Sian
Ϟ Âge du perso : 37 ans.
Ϟ Pouvoir : Psychique, Intuition.
Ϟ Guide : Eaunanisme aka Nani, une salamandre.
Ϟ Statut Social : Célibataire alambiqué.
Ϟ Métier(s)/autres : Ancienne fille de joie. A présent proriétaire & gérante du 'pêché mignon' Boutique Couture en lingerie fine.
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle, dans un appartement.



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Mer 18 Avr 2018 - 23:06


S'il redit 'chérie' je lui arrache sa langue avec mes dents. Il n'y a plus de chérie qui tienne là. C'est la guerre.... Ou presque. Je ne sais pas si je vais tenir longtemps à lui tenir tête mais pour le moment c'est la colère qui me guide. Bordel, qu'il reste loin de moi. Je suis dans la cuisine, Honey... t'sais avec les couteaux... Ok, ça peut paraître extrême mais pour le coup, j'en souffre. La jalousie est une vrai salope. Elle ne fait pas ressortir la meilleure des facettes. Il le sait. Et il en joue... Oh j'ai bien entendu ses rires, de quoi alimenter mon envie de meurtre. Je relâche un profond soupir, ravale un juron et aiguise mon regard noir que je jette dans sa direction, espérant qu'il comprenne bien le message : ne m'approche pas ou je mord ! Je danse avec mes émotions, sur un fil. Il a le don de me retourner d'un battement de cils -aussi bien au sens propre comme au figuré, et c'est suffisant pour nourrir cette envie de lui. Je le déteste !

Je le vois arriver vers moi. Bon, monsieur a volontairement ignoré mon message, sans surprise. Mes muscles se tendent aussitôt que je le sens dans mon dos. Je redresse de suite l'échine, prête à lui faire face mais il est plus vif que moi. Ses doigts autours de mes poignets m'empêchent tout mouvement de réprobation. Même un petit coup de coude … Il me tient trop fermement, m'empêchant d'agir. Je ne tente rien, essayant juste de me libérer les premières secondes pour abandonner... oh qu'il ne s'avoue pas vainqueur trop vite, ce n'est qu'une manche Blackwood ! Je résiste jusqu'à entendre sa voix dans le creux de mon oreille. Mon cœur fait un salto. Merde. Ma poitrine se gonfle lourdement d'une respiration saccadée. Mon regard fixant mon placard. J'assimile ses mots... 'Tu m'en veux ?' Je grogne. Si si, je grogne en guise de réponse. Il sait que je lui en veux, sur le moment.. car je finis toujours par laisser couler. C'est viscéral entre nous. Et j'suis trop faible bordel !
« Lâche-moi... » Que je grince en serrant des dents. Je n'ai pas envie de céder, là, maintenant... Mais il persiste et dépose un baiser dans mon cou. Mon épiderme joue la traîtresse en me filant une chair de poule. J'en mord le coin de ma lèvre. Ne cède pas... ne cède pas... « … T'es qu'un gros connard. » que je finis par siffler d'une voix mal assurée. Putain. Mon épaule roule légèrement vers lui alors que je résiste à ne pas lui offrir mon cou. Ses dents... son souffle contre ma peau est électrisant. Je ferme un instant les paupières, luttant contre une vague de plénitude que je refuse d'y succomber.

Heureusement, il me relâche.

J'ouvre aussitôt les yeux sur une sensation de vide. Il me trouble, je ne peux pas le nier. Et ça, depuis le début. L'attraction est là et je le maudis de me rendre aussi faible. Je le fusille du regard en me déplaçant à son opposé. Je ne veux plus qu'il m'atteigne physiquement. Il sait qu'il a cette avantage sur moi. Ses mains sur ma peau et je fond littéralement. Mais je veux lui tenir tête. Il s'est tapé Hayden merde ! Avant de venir hein ! De quoi ranimer mes débris de colère. Il veut manger... Je sers des poings... je me retiens de lui balancer le plat dans sa petite gueule de chieur. Je pousse les burritos dans sa direction. Et je fais le tour du comptoir. « Étouffe-toi avec ! Perso, j'ai plus d'appétit. » Et pas que de bouffe ! Je pose mes fesses lourdement sur un tabouret, face à lui. Ouais, j'suis frustrée et énervée ! Et dire que j'ai passé tout ce temps à lui préparer un bon petit plat, son appartement... comme une conne. Rha ! Je croise brusquement mes bras sous ma poitrine, histoire de lui montrer que j'ai toujours une dent contre lui. Je le regarde de haut, le nez légèrement levé et le regard sombre braqué sur sa bouille de séducteur. « Je te jure, si tu te marres encore … je te fais bouffer ton burrito par le cul. » J'attrape un bout de tomate et lui balance sur son buste. Le ton est donné... Le second Round est lancé.

_________________

Viens dans mes rails, c'est chaud... Tout pour être au ciel
Ma fierté:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1369p10-_noomi-blackwood_-fle

Sharlston Blackwoodavatar

Membre du forum
Nouvel habitant



Ϟ Inscription : 27/08/2017
Ϟ Messages : 216
Ϟ Points : 44
Ϟ Avatar : Ricki Hall
Ϟ Crédits : Wingardum
Ϟ Autre(s) compte(s) : Elyzabeth & Hilary
Ϟ Âge du perso : 30 ans
Ϟ Pouvoir : Esprit | Illusion
Ϟ Guide : Lion | Xerxès
Ϟ Statut Social : Célibataire
Ϟ Métier(s)/autres : Mercenaire
Ϟ Lieu de résidence : Rowcastle



MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    Jeu 19 Avr 2018 - 0:31


Regard cinglant. Contact limité. Éloignement. La mission fut un succès ! Je souris, tout fier de ma connerie. J'ai réussi à l'atteindre, à lui donner envie. Je me retiens, mais pourquoi résister, j'ai envie de lui dire… Toi et moi savons pertinemment que tu ne peux pas me résister éternellement… Mais tout comme moi, la belle a sa fierté. En l'honneur de sa jalousie légendaire, elle refusera de lâcher les armes à la première épreuve. Elle a raison. C'est tellement plus divertissant ! Heureusement pour moi, elle ne peut pas lire dans les pensées. Je crois qu'elle m'aurait simplement trucidé trois ou quatre fois sinon.

'Étouffe-toi avec ! Perso, j'ai plus d'appétit.'
J'ai envie de dire, pourquoi tant de haine ? Je retiens un énième rire… Suspendue sur son tabouret, Noomi fait pile ma taille. Mais elle me regarde de haut, l'air méprisant. Pour une fois qu'elle est assez grande pour se le permettre… Je me pince la lèvre, tandis qu'elle me jette un de ses regards noirs. 'Je te jure, si tu te marres encore … je te fais bouffer ton burrito par le cul.' Comme pour ponctuer sa phrase, elle me balance un morceau de tomate sur le torse. Je prends le morceau à deux doigt. La regarde. Sérieusement ? Jetage de bouffe ? J'attrape son assiette, prend son burritos, et fais mine de le lui lancer. Ajoutant un petit 'T'as cru hein?!' sournois. Je lui pousse son assiette sur la table et commence à manger le miens. En deux deux c'est plié. Tellement bon…!

On pourrait entendre un cousin voler (héhé) tellement c'est silencieux… La dame ne cède pas, reste sur ses positions. Dommage pour elle, je campe sur les miennes également. Plan B en avant. On va faire du forcing un peu. Je commence à déboutonner ma chemise, sortant un 'Il fait chaud un peu. Tu permets ?' qui n'attend pas de réponse. Du moins si elle n'est positive. Posant la chemise sur le comptoir, je me retiens de la lui lancer sur la tronche. Rien qu'à y penser j'en souris. J'attrape la bouteille de vin, serre un verre à madame tandis que je m'en vais avec le miens sur le canapé. Pas de télé ici… C'est tant mieux. Je mate la belle, m'enivrant de ce vin meilleur qu'espéré. Je me passe de commentaires. Je l'observe sans relâche, détaillant ses courbes, le regard plus qu'envieux. Appel au sexe. Je n'ai d'yeux que pour elle. Elle a fait l'erreur de croire qu'échapper à mon contact suffirait pour ne pas craquer. Ce serait plus simple si elle sortait de l'appartement. Je ne compte pas faire redescendre la tension.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daearen.forumactif.org/t1264-sharlston-don-t-judge-me http://leatherland.forumactif.org/t1294-carnet-de-sharlston-blackwood#12712

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)    


Revenir en haut Aller en bas
 

Débris de notre absence. [Sharlston] (-16)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daearen :: Daearen :: LE ROWCASTLE :: LES LOGEMENTS-